SOS GELURE



La pathologie de la gelure fait partie du patrimoine de la vallée de Chamonix. Pourtant, elle n'atteint pas que les alpinistes. La majeure partie d'entre eux sont SDF dans les grandes villes ou victimes de grandes migrations au-delà des lointains plateaux tibétains.

Savez-vous que l'hôpital de Chamonix, avant qu'il ne ferme, était l'un des rares hôpitaux dans le monde à recevoir des patients atteints de gelures juste après leur sauvetage du massif ?

Pouvoir observer et prendre en charge la gelure avant qu'elle ne rentre dans un difficile et délétère processus de réchauffement donnait à cette structure hospitalière très particulière une avance considérable sur les autres pour cette spécialité. Près d'une centaine de cas de gelures sont recensée chaque année et dès le début de sa carrière, le docteur Jacques Foray, chirurgien de l'hôpital de Chamonix, se passionne pour cette patientèle souvent jeune et en pleine santé qui redescend du massif sévèrement touché par cette atteinte liée au froid.

Pourtant, nombre d'entre eux ne peuvent éviter de sévères amputations malgré sont travail acharné. Au début des années 1990, ce sont les docteurs Bernard Marsigny et Emmanuel Cauchy qui reprennent le flambeau en testant de nouvelles thérapeutiques prometteuses. A partir de 2001, le docteur Emmanuel Cauchy s'engage dans un long travail rétrospectif pour analyser les nombreux dossiers collectés dans l'établissement et s'ensuit une série de publications internationales qui vont permettre de valider de nouvelles prises en charge et protocoles thérapeutiques innovants désormais suivis par les principales équipes de l'ISMM (International Society of Mountain Medicine) et capables de réduire de façon majeure le risque d'amputation chez les personnes atteinte de gelures.